Malheureusement Oui ! Et c’est le principal risque de l’audiophile et du mélomane… Il existe, en fait, une zone en dessous des seuils de douleur (niveaux sonores pour lesquels une sensation de douleur est ressentie), pour laquelle les niveaux sonores sont suffisamment élevés pour traumatiser l’oreille sans ressentir de douleur. Un peu comme le coup de soleil dont on ne se rend compte que quelques heures après l’exposition.

De plus, le plaisir lié à l’écoute de la musique baisse notre vigilance quand au contrôle du volume. En concert, on peut se rendre compte si l’on se trouve dans cette zone, si l’on a besoin de crier pour parler à son voisin ! Si tel est le cas, essayer de vous éloigner des haut-parleurs ou portez vos protections auditives. Il faut savoir qu’à chaque fois que l’on multiplie par 2 notre distance par rapport aux haut-parleurs, l’intensité du son est abaissée de 6 dB, ce qui revient à diviser par 4 l’énergie sonore arrivant à vos oreilles.